Jeudi 20 octobre 2011, à 19h30, Catherine Schwennicke, thérapeute et animatrice à Prefrontality donnera une conférence sur ce thème à La Ligue des Optimistes de Liège (au centre en-Vies, Boulevard d’Avroy à 4000 Liège).

Lorsque tout va bien, l’être humain a une profonde tendance à se laisser porter par la routine et les idées reçues. Selon les dernières découvertes en neurosciences, il fonctionne alors en laissant les commandes à son cerveau neolimbique.

Or, dès que les conditions extérieures changent et nous bousculent, nous pouvons entrer dans des sentiments de stress, de colère, de rejet de la réalité, de déprime, voire de dépression… Pour acquérir – ou retrouver – un état d’esprit optimiste, il va falloir recruter une autre partie de notre cerveau : le préfrontal ou neocortex, siège d’une curiosité active, de souplesse intellectuelle, d’acceptation, de relativité, d’une réflexion logique, de nouveauté et de créativité.

Les neurosciences et son Approche NeuroCognitive et Comportementale (ANC) enseignent le fonctionnement des différents territoires cérébraux et proposent une série d’outils pratiques qui permettent le basculement d’un territoire à l’autre en vue de mobiliser un nouvel état d’esprit plus optimiste, novateur, ouvert et créatif.

Au regard des neurosciences et des territoires cérébraux en jeux, l’optimisme peut avoir différentes textures, générer différents ressentis et pensées.

  • On parlera de l’optimisme de l’état d’activation de l’action.
  • On parlera de l’optimisme du positionnement grégaire « axial ».
  • On parlera de l’optimisme généré par l’expression de ses tempéraments.
  • On parlera de l’optimisme généré par la phase 1 des comportements compensatoires (état amoureux).
  • On parlera de l’optimisme préfrontal.

 Car il n’existe pas un optimisme mais plusieurs ainsi que plusieurs pessimismes. Et ce, pour différentes raisons.

 

Infos et Inscriptions 

Pin It on Pinterest

Share This